Accueil / Actu décès monde / UNESCO: LA RUMBA BIENTÔT PATRIMOINE DE L’HUMANITÉ

UNESCO: LA RUMBA BIENTÔT PATRIMOINE DE L’HUMANITÉ

4dec72e80e44f16b9e5305bac9f35e6e_l

Après le décès de l’artiste musicien congolais  Papa Wemba, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a débuté le processus du classement de la musique  rumba comme patrimoine immatériel de l’humanité.

Directeur et représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) en République démocratique du Congo (Rdc), Abdouramane Diallo a annoncé le  mercredi 5 mai 2016 à Kinshasa que  l’Unesco a débuté  le processus d’insertion de la rumba comme patrimoine de l’humanité : «Le processus est en cours pour que la rumba soit en fait inscrite comme élément immatériel au niveau de la région. La Rdc, le Congo-Brazzaville et même l’Angola, vont introduire et soumettre la candidature de la rumba comme élément immatériel du patrimoine de l’humanité », a-t-il ajouté  lors d’une  conférence de presse. Avec  optimisme : « Nous sommes en bonne voie, il y a juste un exercice technique qui doit être fait ici par le ministre de la Culture. Il s’agit de faire des inventaires, de commencer par un exercice d’inventaire et par après le processus poursuivra », a souligné Abdouramane Diallo.

La rumba et Papa Wemba honorés

Ce dernier a précisé que le dossier a le  soutien de plusieurs pays dont ceux de l’Amérique latine. Il convient de rappeler qu’après le décès de Papa Wemba, le ministre congolais de la Culture Banza Mukalay avait non seulement annoncé son intention   de soumettre au gouvernement congolais un projet de construction d’une salle de spectacle moderne et d’ un musée où seraient exposés des effets ayant appartenu  à Papa Wemba, mais aussi annoncé que le gouvernement congolais allait  proposer à l’Unesco que la rumba  soit inscrite sur  la liste du patrimoine immatériel mondial de l’humanité. Lors  de la cérémonie  d’hommages organisée le  lundi 2 mai 2016 au Palais du peuple, à Kinshasa, le patron de Zaïko Langa Langa, Jossart Nyoka Longo, avait  déclaré  que : «Jules Shungu Wembadio alias Papa Wemba a non seulement honoré la rumba congolaise mais il a formé beaucoup de jeunes talents dont il est le modèle et la source d’inspiration ».

En regrettant la disparition de la « voix d’or », Jossart  Nyoka Longo a indiqué que  «ses œuvres resteront à jamais gravées  dans nos mémoires ». Lors de la même cérémonie d’hommages, Kadi Shungu, la fille ainée  de Papa Wemba,  avait  déclaré que « Papa était un père aimant, affectueux, très généreux et d’une hospitalité légendaire(…) Il a eu à adopter des enfants de la rue avec lesquels nous avons grandi et que nous considérons comme nos frères et sœurs », avait-elle souligné en  saluant en son père le « chef de clan, le patriarche ».  En ce qui concerne la santé de son père, Kadi Shungu a fait savoir que Papa Wemba était en bonne santé avant de quitter Kinshasa  pour Abidjan où il est décédé le 24 avril dernier sur scène après un malaise : « Devant témoin, ma mère et moi-même, le médecin de mon père lui avait confirmé après des examens approfondis qu’il était en bonne santé », a précisé Kadi Shungu.

Un mausolée en l’ honneur de Papa Wemba

Avant de signaler que « si nous avions eu le moindre doute sur son état (de santé), ma mère et moi n’aurions jamais accepté qu’il puisse faire un concert en Côte d’Ivoire. Nous confirmons qu’il était en bonne santé», a-elle martelé. Démentant ainsi  les nouvelles selon lesquelles il était malade. Papa Wemba a été décoré à deux reprises. D’abord à Abidjan où il a été élevé au grade de commandeur de l’ordre de la valeur lors des hommages organisées en présence des membres du gouvernement,  puis au bercail , à Kinshasa à titre posthume Grand officier de l’ordre national par le chef de l’Etat de l’Etat congolais  Joseph Kabila Kabange.  Papa Wemba a  été inhumé le mercredi 4 mai 2016, au cimetière Nécropole entre Ciel et terre dans la périphérie Est de Kinshasa, au terme de trois jours d’obsèques officielles dans la capitale congolaise.
Lors de l’oraison funèbre prononcée à la cathédrale Notre Dame du Congo où une messe a été dite en la mémoire de Papa Wemba, le gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta a annoncé que la dépouille de Papa Wemba devrait être exhumée  pour être enterré sur un site, où serait érigé un mausolée en son honneur. Le gouverneur de Kinshasa a remercié le président  Josep Kabila pour le site qui va accueillir la dépouille de l’artiste musicien : «Toute ma gratitude aux villageois de Molokai qui ont, avec tous les Kinois, honoré Wemba (…) Je me fais le devoir, en votre nom, de remercier son Excellence Monsieur le président de la République pour la mise à la disposition d’un site d’un hectare devant être aménagé par le gouverneur de la République pour accueillir le corps de Papa Wemba», avait déclaré   André Kimbuta,  en soulignant que la ville de Kinshasa va financer la construction de ce  mausolée.

Hommage du  cardinal Laurent Monsengwo

Au cours de la messe, le cardinal Laurent Monsengwo avait évoqué  les qualités de l’illustre disparu : «Papa Wemba, a donné la pleine mesure de ce qu’il vit, une œuvre et les qualités humaines d’une personne pauvre (…). Le président de la République a eu raison de l’élever à titre posthume au rang de grand officier dans l’Ordre national de héros nationaux», a déclaré l’archevêque de Kinshasa. Né en 1949, Papa Wemba a débuté sa carrière musicale à l’âge de vingt ans. En 1969, il a participé à la création du groupe  Zaïko, l’un des plus grands groupes musicaux de la Rdc. Il a créé en 1977 son propre groupe « Viva La Musica» avec lequel il a évolué jusqu’à sa mort.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :